Depuis le tout début, « T’as la Tchatche » a pour but de collecter et diffuser la parole des jeunes à travers la vidéo sur leur santé, leurs prises de risque, leurs addictions.Créée en 2006 par une agence de communication du Finistère (Agence Équilibre Communication) dans le cadre d’un appel d’offre lancé par la Sécurité Routière du Finistère, La proposition de l’époque : faire s’exprimer les jeunes finistériens via la vidéo sur le thème “L’alcool au volant, parlons-en !”.

En 2008, le principe est adapté par le Centre Régional Information Jeunesse Bretagne, en lien avec Points et Bureaux information Jeunesse bretons, sur de nouvelles finalités et de nouvelles modalités :
– « T’as la Tchatche » devient une action de santé (à travers des finalités de prévention, d’éducation et de promotion de la santé en plus d’une action de communication),
– Le thème s’élargit – c’est d’ailleurs le thème qui a toujours cours aujourd’hui (Du plaisir au risque…),
– L’action se régionalise…

« T’as la Tchatche » s’articule dès lors autours de 3 volets :
– Le « T’as la Tchatche Tour », réunit l’ensemble des projets locaux (autrement appelés « étapes »), au cours desquels, des professionnels de l’image, de la santé, de la prévention, de la jeunesse… vont accompagner les jeunes à la création de vidéos,
– un concours vidéo, pour les œuvres scénarisées (fictions, reportages…), afin de stimuler et mobiliser des jeunes à s’engager dans la création de messages de prévention vidéo sur le thème « du plaisir au risque… ». Les vidéos sont réalisées dans le cadre des étapes ou sont envoyées directement par les jeunes,
– un site Internet (www.taslatchatche.com) pour la diffusion des vidéos et la valorisation des jeunes…

Créer des outils d'information par les pairs

L’action « T’as la Tchatche » à pour but de collecter et diffuser la parole des jeunes bretons sur leur santé, leur(s) prise(s) de risque, leur(s) addiction(s). A travers « T’as la Tchatche », il s’agit de rendre les jeunes acteurs de leur santé en s’appuyant sur le média vidéo.

Les jeunes créent des vidéos sur le thème « du plaisir au risque… ». Ils se mettent en scène, jouent la comédie, chantent, slament, dansent, témoignent, débattent… devant la caméra. Les vidéos réalisées interpellent, invitent à la réflexion, au débat, avec les jeunes, avec les adultes, professionnels de santé, professionnels de la jeunesse, parents, enseignants…

Les sujets sont larges : route, fête, alcool, drogues, amour, relations garçons/filles, jeux vidéos, Internet/réseaux sociaux, sports…

Les angles d’approche sont multiples : parler des raisons qui engendrent une(des) conduite(s) à risque ou d’une addiction (recherche de plaisir, d’autonomie, d’indépendance, de limites, de sensations…), parler des conséquences d’une(des) conduite(s) à risque ou d’une addiction (sur la santé, sur le moral, sur le casier judiciaire…), parler de l’impact pour soi et/ou autour de soi (amis, famille…), faire des propositions pour prévenir et/ou réduire les comportements à risques, faire des propositions pour améliorer la santé…

Des étapes

Les étapes s’articulent autour de quatre phases :
– « La préparation » est LA phase qui va déterminer la suite. Elle consiste en la mise en place de plusieurs rencontres avec les acteurs locaux (jeunes, associations de jeunes, professionnels de santé, établissements scolaires, animateurs jeunesse…) afin de définir le projet de l’étape, de choisir les modalités d’interventions et d’accompagnements techniques et pédagogiques, de planifier les réunions et les interventions de professionnels de santé et de prévention, d’organiser la logistique pour le tournage…
– « Le tournage » est la phase où le projet local se met en œuvre concrètement et où se déroulent les différentes modalités d’intervention : réalisation d’interviews – reportages, réalisation de films courts, tournage des scénarii écrits en amont… et où les jeunes s’impliquent, se mettent en scène, s’informent, rencontrent et échangent avec des professionnels…
– « La post-production » consiste, en lien avec les jeunes, au montage des prises de vues et à la finalisation des vidéos, puis à leur mise en ligne sur le site Internet…
– « La diffusion » peut donner lieu localement à une (voire plusieurs) séance(s) de projection des vidéos réalisées (par exemple en direction des parents) suivi d’un temps d’échanges entre le public et les acteurs locaux impliqués et/ou concernés…

Un concours de films vidéo

Dans le cadre de « T’as la Tchatche », 6 prix sont attribués aux jeunes :
– Un prix de la Sécurité Routière, délivré par un jury composé de représentant du pôle sécurité routière du Finistère,
– Trois prix délivrés par le jury général, composé de jeunes et professionnels de la santé, de la jeunesse, de la vidéo,
– Un prix des collèges du Finistère, délivré par le Conseil Général du Finistère,
– Un prix des internautes

Un site Internet : « www.taslatchatche.com »

Le site Internet centralise les informations sur l’action : les news, les infos sur les étapes du « T’as la Tchatche Tour », le règlement complet et les modalités de participation au concours…

Le site internet est le principal moyen de diffusion des vidéos – en complément des DVD de chaque édition. C’est aussi par son intermédiaire qu’est organisé le vote pour l’attribution du prix des internautes.

En d'autres termes...

« T’as la Tchatche » est une action :
– Qui s’attache à certains principes et valeurs : on part de ce que les jeunes nous disent, on permet une souplesse d’adaptation aux réalités locales, on privilégie une approche positive de la santé qui soit la moins possible stigmatisante et intrusive, dans la relation avec les jeunes, on s’attache à ne pas être dans le jugement – uniquement à donner des repères…
– Qui prend des formes différentes d’un territoire à un autre – chaque projet local est unique –,
– Qui nécessite un temps de préparation plus ou moins long d’un territoire à l’autre,
– Qui questionne les professionnels davantage sur un territoire et moins sur l’autre – « T’as la Tchatche » s’apparente à un « contenant », le contenu étant à imaginer par les acteurs locaux…

Ainsi, « T’as la Tchatche » se veut être une action qui :
– Favorise l’expression et la prise de parole des jeunes,
– Mobilise différents médias et supports qui sont liés à la culture « jeune » – vidéo, Internet,
– Permet « l’information par les pairs » – des jeunes qui parlent aux jeunes – pratique largement utilisée notamment dans le domaine de la santé et par le réseau Information Jeunesse de Bretagne,
– A travers la mobilité du dispositif, favorise l’ancrage sur un territoire donné – en ce sens, il mobilise et fédère de nombreux acteurs (Point Information Jeunesse, établissements scolaires, services jeunesse, jeunes et associations de jeunes, acteurs de prévention…), il est un révélateur des synergies locales, il créé ou renforce des relations de confiance avec les personnes ressources.